La startup iséroise, qui a levé 2,7 millions d’euros fin septembre 2021, développe une technologie de rupture dans le domaine des composants électroniques. Avec à la clé : des promesses de miniaturisation et une amélioration drastique de l’efficacité énergétique des chargeurs.

Après avoir fait ses gammes au CEA-Leti de Grenoble, Wise-Integration est créée en février 2020 par Thierry Bouchet, Dominique Bergogne, Rym Hamoumou et Florian Couvin. Avec la levée de fonds de 2,7 millions d’euros réalisée après un premier tour de table auprès de Supernova Invest, Région Sud Investissement, Angels for Greentech, Crédit Agricole Alpes Développement et Foreis, la startup est aujourd’hui prête à passer en phase industrielle. Une première usine devrait ainsi voir le jour à proximité d’Aix-en-Provence, dans l’objectif d’une mise sur marché dès 2022. L’entreprise est également présente à Taiwan pour être au plus près de son fournisseur principal, le leader mondial des semi-conducteurs TSMC, et d’un marché asiatique qui représentera le cœur de sa clientèle. La promesse d’une montée en puissance rapide.

Innovation de rupture

Aujourd’hui les chargeurs sont devenus un challenge pour les fabricants de systèmes électroniques qui font face à des exigences accrues pour des produits plus rapides, compacts et efficients en énergie. Avec sa technologie brevetée de rupture à base de composant GaN (Gallium Nitride) baptisée WiseGan®, combinée à sa plateforme révolutionnaire de conversion d’énergie WiseWare®, Wise-Integration pense avoir trouvé la martingale. "L’avantage compétitif majeur de notre technologie réside dans sa capacité à améliorer de manière significative l’intégration de sources d’énergie tout en optimisant l’efficacité de la conversion d’énergie et le coût des systèmes", justifie Thierry Bouchet. Et les chiffres annoncés semblent lui donner raison : la solution permettrait en effet de réduire jusqu’à six fois la taille des systèmes tout en étant quatre fois plus léger avec une efficacité énergétique de 98 %. A titre d’exemple, pour un chargeur de 100 watts, la déperdition d’énergie ne serait que de 2 watts contre 6 à 8 pour les composants traditionnels.

Multi-marchés

Couvrant un large éventail de puissances, de 30W à 3kW, la solution de Wise-Integration lui permet de cibler plusieurs marchés prometteurs tels que les smartphones et ordinateurs, mais aussi les data centers ou l’e-mobilité. Il se murmure d’ailleurs que la startup pourrait présenter en janvier prochain au CES de Las Vegas, le plus petit chargeur pour vélo électrique au monde. "Wise-Integration est une vraie start-up de deeptech, avec une innovation de rupture hautement différenciante sur un marché mondial en pleine croissance", résume Damien Breteginer, investisseur chez Supernova Invest. L’ambitieuse startup vise 15 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2025.

Qui a dit que, sur ce marché, la France était larguée ?

Antoine Morlighem